Loading...

Mort et Transfiguration

Distribution:

Jean-Christophe Frisch, flûtes
Sharman Plesner, violon
Augustin Lusson, violon
Rémi Cassaigne, théorbe
Andreas Linos, viole de gambe
Mathieu Dupouy, clavecin

En écho au genre littéraire de la poésie funèbre, l’époque baroque a vu se développer Tombeaux musicaux et autres Apothéoses. Ces pièces parfois intimes, parfois grandioses, décrivent en quelque sorte le travail du deuil, la déploration se métamorphosant en construction d’un souvenir en forme d’arc de triomphe. De l’Allemagne du Nord à la France, du XVIIe au XVIIIe siècle, Le Baroque Nomade parcourt ces portraits comme autant d’images figées pour l’éternité.

Pour l’Allemagne du Nord, l’hommage d’un anonyme à un mort anonyme dans la suite extraite du Ms Düben, ou le chef-d’oeuvre de déploration de Dietrich Buxtehude accompagnant son père dans l’au-delà... Musicien voyageur, à cheval entre les pays et les styles, Johann Jakob Froberger rend hommage à l’empereur Ferdinand III comme à son ami et collègue luthiste Blancrocher, dans des pièces bouleversantes - comme également cette Plainte de Robert sur la mort de ses deux filles. Quant aux français Rebel et Couperin, c’est un monument qu’ils construisent à la gloire de Lully, clairement destiné à la postérité.


Que ce soit seul à son luth ou devant son clavecin, ou dans des pièces quasi orchestrales, ces compositeurs se sont surpassés face à la mort, écrivant des pièces qui se situent aux sommets de l’art baroque.