Loading...

Bach le voyageur

Distribution:

Jean-Christophe Frisch, flûtes
Sharman Plesner, Augustin Lusson, violons
Spyros Halaris, qanun
Rémi Cassaigne, colascione, théorbe
Andreas Linos, viole de gambe
Pierre Rigopoulos, percussions
Mathieu Dupouy, clavecin 

La rivalité entre la Suède et la Russie a agité l’Europe du Nord pendant plusieurs siècles. Ce conflit s’achèvera en Ukraine, où les Suédois sont défaits. Charles de Suède est exilé auprès de son allié turc à Constantinople. Curieusement cette défaite a connu des conséquences musicales : Johann Jakob Bach, frère bien-aimé de Johann Sebastian, était musicien au service du roi de Suède, et l’a donc suivi dans ses déplacements militaires, et jusque dans l’exil à Istanbul. C’est là qu’il a fait la connaissance d’un musicien français, Gabriel Buffardin, au service de l’ambassadeur du Roi de France. Buffardin jouait d’un nouvel instrument, la flûte traversière, et l’enseigna à Jakob Bach, sans doute un de premiers allemands à en jouer. De retour en Saxe, Bach fait inviter Buffardin à la cour de Dresde où il restera plusieurs années.

À la même époque, Dimitrie Cantemir, un prince musicien roumain, lui aussi très lié à la politique agitée de cette région d’Europe, partage sa vie entre les cours de Constantinople et de Saint-Petersbourg, et la Moldavie natale. Il nous permet de connaître l’extraordinaire variété des musiques qu’on entendait sur les rives du Bosphore.