Loading...

Mozart et la Bohême

Distribution:

Jean-Christophe Frisch, flûtes
Sharman Plesner, violon
Samantha Montgomery-Latini, alto
Hager Hanana, violoncelle

Au temps de Wolfgang Amadeus Mozart, Prague était l’une des principales capitales provinciales de l’Empire d’Autriche, et l’une des plus musicales. C’est là qu’eut lieu, par exemple, la création de Don Giovanni.

Il faut dire que la Bohême environnante bruissait de musiciens brillants. Même si de nos jours leurs noms sont éclipsés par d’autres plus célèbres, Jírovec ou Vaňhal étaient très admirés en leur temps, peut-être même plus que Mozart lui-même.

Mozart écrivit ses quatuors avec flûte pour un noble amateur, mais il semble ne pas avoir été satisfait de l’interprétation du commanditaire. Il indique d’ailleurs, en tête de l’un des mouvements, qu’il doit être joué « Allegretto grazioso, mà non troppo presto, però non troppo adagio, così-così con molto garbo ed espressione.» (Allegro gracieux, mais pas trop vite, ni trop lentement, juste comme il faut, avec beaucoup d’élégance et d’expression.) Ce qui sous-entend d’une part que Mozart avait une idée très précise du résultat recherché, et d’autre part une faible estime pour l’interprète !

La même formation est utilisée dans de nombreuses œuvres de compositeurs bohémiens, et l’on peut y admirer, outre leur talent, cette élégance que justement Mozart appréciait. Comme lui, ces compositeurs ont voyagé dans toute l’Europe. Quelle n’a d’ailleurs pas été la surprise de Jírovec de découvrir à Londres que certaines de ses symphonies avaient été publiées sous le nom de Josef Haydn par un éditeur peu scrupuleux !